Blog en cours de construction, les articles arrivent petit à petit

# 2 Comment Monter Son Drone FPV ?

Avatar of Jean-Baptiste Débuter le drone fpv
Tout savoir pour débuter le drone fpv choisir les pièces de drone et monter son drone fpv

Monter son drone FPV vous permet de connaître tous ses composants dans les moindres détails. Pour un pilote débutant, choisir les composants pour un drone peut être un obstacle. C’est pourquoi j’ai rassemblé toutes les astuces acquises grâce à mon expérience pour vous créer un article répondant à toutes vos interrogations. 

Pour mieux comprendre ce que vous allez lire, n’hésitez pas à lire le précédent article de cette série pour débuter le fpv comprendre les notions de bases du fpv.

Sommaire

La frame, choisir le châssis de votre drone DIY

Le châssis ou “frame” est la structure qui maintient en place l’ensemble de vos composants. Ils sont généralement fabriqués à partir de fibre de carbone, accompagnés de pièces métalliques ou en plastique : les entretoises. Mon conseil : choisir des entretoises de 30 mm minimum. Le risque est de générer des courts-circuits avec la Fibre de Carbone. En effet, le carbone est conductrice d’électricité. Veillez à ce que vos composants ne touchent pas la structure.

Si vous souhaitez choisir votre châssis, le choix de la forme n’a pas vraiment d’importance (un châssis de course ne vous empêchera pas de voler en freestyle) mais sa conception sera ciblée pour un certain style de vol. Pour vous donner un exemple, un châssis de course sera moins épais qu’un châssis freestyle pour des raisons de gain de poids. Vous pourrez toujours utiliser cette frame pour faire du freestyle.

Vous vous demandez sans doute comment choisir sa frame ? Concrètement, il existe plusieurs formes de châssis :

  • Les formes :
    • Le true X :  En forme de X, la distance entre le centre de chaque moteur est égale, donnant ainsi au quad, un haut niveau de stabilité sur tous les axes. Cette forme est habituellement utilisée en Freestyle.
    • Le wide X : La forme wide X est la plus courante et adaptée à presque tous types de vol (freestyle, cinématique, longue distance), car l’espace central est assez grand pour installer une batterie et une caméra d’action sur le dessus du châssis et poser les composants à l’intérieur.
    • Le stretch X : Contrairement au wide X, le stretch X est généralement optimisé pour les pilotes qui recherchent plus de stabilité. Cette forme est donc plus adaptée à la course.
  • Les bras détachables :  L’objectif est de pouvoir démonter les bras de son châssis pour pouvoir les changer en cas de casse. Ce critère est important pour n’importe quel profil de pilote (débutant, expérimenté…). Au lieu de racheter une frame entière, vous changez uniquement le bras concerné, utile non ? 
Monter Son Drone FPV bras détachable drone fpv iFlight NAZGUL5 HD XL5 V5
Bras iFlight XL5V5
  • Les trous : Ces trous permettent d’installer les composants FPV et s’adaptent selon la taille du drone, vous verrez : du 30,5 x 30,5, du 20 x 20 et/ou 16 x 16.

Choisir le contrôleur de vol (FC) : le cerveau du multirotor

  • Le firmware : 
    • Betaflight, Kiss, Emuflight, FalcoX sont des exemples de Firmware (micrologiciel) vous permettant de paramétrer votre contrôleur de vol. Pour débuter, je vous recommande d’utiliser Betaflight qui a la plus grande base d’utilisateurs. Vous aurez donc plus facilement de l’aide lorsque vous rencontrez des problèmes. 
    • Le processeur (MCU ou Micro Controller Units) : 
    • Une FC peut être équipée de 5 processeurs différents nommés : F1, F3, F4 ou F7. Ils se différencient par la vitesse de calcul et la taille de la mémoire. 
    • Concrètement, je vous conseille fortement de choisir une F4 ou F7, car les F1 et F3 ne sont plus pris en charge dans les dernières versions de Betaflight. 
    • Le nombre d’UART : 
    • Un UART représente les ports “matérielles” vous permettant de connecter des composants externes au contrôleur de vol (récepteur, VTX…). Un UART est représenté par le port TX  et le port RX sur une carte de vol

exemple : l'UART 1 représente le TX 1 et le TX 2, l’UART 2 est formé par le TX 2 et le RX 2 etc….

contrôleur de vol f4 avec 5 UARTs de la marque Matek
Contrôleur de vol Matek F405 CTR

Je vous conseille d’opter pour environ 5 à 6 UART au cas où vous voudriez connecter un buzzer, un gps plus tard. 

  • Les fonctionnalités :  
    • L’OSD (On Screen Display) permet d’avoir plusieurs informations utiles dans vos lunettes FPV. Vous pourrez ainsi voir la consommation de vos lipos, la durée de votre vol, etc…
    • La PDB a pour but de redistribuer proprement le courant provenant de la lipo. En général, cette fonctionnalité est intégrée aux FC. Pour en être sûr, il faut vérifier sa présence sur la fiche technique.
    • Une entrée carte SD : cette entrée vous sera utile lorsque vous voudrez enregistrer les données de vol de votre machine.

Si vous choisissez une FC, il est impératif qu’il y ait au moins ces trois fonctionnalités (OSD, PDB, une entrée carte SD).

Choisir les contrôleurs de moteur (ESC) du quad fpv

Vous les retrouverez sous différents formats, le premier est le 4 en 1, regroupant 4 contrôleurs de moteurs sous un seul composant (de la même taille qu’une FC) . Vous pourrez l’empiler pour rendre le câblage beaucoup plus simple et plus propre. Cependant, s’il venait à être endommagé, cela signifie qu’il faudra retirer l’ensemble… Le second format est individuel, et à l’avantage d’être changé plus facilement s’il venait à avoir un problème. C’est à vous de choisir entre ces deux formats. 

comparaison esc individuel et esc 4 en 1
ESC individuel à gauche et ESC 4 en 1 à droite

Pour trouver vos ESC, ces quelques caractéristiques vous permettront de les choisir :

  • Le logiciel (firmware) : Les contrôleurs de moteurs sont composés d’un logiciel (firmware) appelé BLHeli_S ou BLHeli_32. Ce sont les firmwares les plus répandus sur le marché d’aujourd’hui. 
  • L’ampérage supporté par l’escLa plupart des ESC donne des valeurs comme «40 ampères» ou encore « 30 ampères»… Ces nombres représentent généralement le courant que peut gérer l’ESC. De plus, il est courant de voir un ESC étiqueté ESC «30 ampères» qui est capable de recevoir une “rafale“ / un “burst” / un maximum de 40 ampères (un ESC de 4 en 1 à donc quatre fois 40 A). 

Si votre moteur supporte 30 ampères et un “burst” de 40, je vous conseille de prendre des ESC à 40 ampères et un burst à 50 (par précaution). Il vaut mieux payer légèrement plus cher , au lieu de cramer ses ESC.

  • Les protocoles : Ensuite, il faut vérifier la présence de protocoles. Il s’agit d’un langage informatique permettant aux contrôleurs de moteurs de communiquer avec votre FC.  Le Dshot 150 / 300 / 600 ou  le 1200 sont des exemples de protocoles utilisés. Mon conseil, avoir au moins le Dshot 600.

Choisir les moteurs : les éléments de propulsion du drone fpv

Le choix d’un moteur de drone FPV électrique a une énorme influence sur les caractéristiques de vol du multicopter. Sur un quadrirotor, les moteurs installés sont la plupart du temps des moteurs “Brushless” (sans balais). Vous devez donc différencier les moteurs par :  

  • La taille : un moteur sera étiqueté avec des données du type 2207, 2206…. Cela signifie que le 2207 aura un stator de 22 mm de diamètre et une hauteur de 7 mm.
  • Le nombre de rotation par minute (RPM) : elle est indiquée en KV, ainsi un moteur donné à 1750 KV, tourne à 1750 tours/min par Volt. S’il est alimenté avec une Lipo 6S (22,2V), il tournera au maximum à 1750 (kV) X 22,2 (tension) = 38 850 tours par minute.
  • La plage de tension supportée : cela signifie que les moteur supporte des batteries sur la plage indiquée. Par exemple, 3S à 6S.   
moteur T-motor velox 2208 5 à 6S 1750KV
Moteur T-motor velox 2208 5 à 6S 1750KV

Pour choisir vos moteurs, vous pouvez avoir un aperçu sur le tableau ci-dessous.

Taille du du châssis (empattement)HélicesTaille MoteurKV / RPM
100 mm 2 pouces1102 – 11046000+
120 mm3 pouces1104 – 11064000+
150 à 180 mm 4 pouces1306 – 14083000+
200 à 220 mm 5 pouces2204 – 23062100 – 2800
235 à 280 mm 6 pouces2205 – 23081600 – 2500

Choisir votre batterie LiPo pour alimenter votre droen fpv

Les batteries utilisées pour alimenter les quadricoptères sont constitués de lithium polymère (LiPo). En FPV, ce sont ces batteries qui sont utilisées puisqu’elles permettent de fournir énormément d’énergie sur une période donnée. 

Quel est le temps de vol par batterie ? Selon votre manière de piloter, vous pourrez voler entre 3 et 8 minutes par batterie

Une Lipo a une tension au repos / nominale de 3,7 V. Pour les différencier, vous devez en comprendre les caractéristiques : 

  • Les cellules : elles représentent simplement le nombre de cellules présentes dans la batterie. Une batterie 4S aura 4 cellules et une batterie 6S aura 6 cellules. Ainsi, la tension de la batterie est de 14,8 V pour les 4S et 22,2 V pour les 6S (6S x 3, 7 V) … 
  • La capacité : c’est la quantité de courant qu’elle peut délivrer durant une heure. À titre, il existe des batterie 1300 mah, 1500mah ou 1800mah.
  • Le taux de décharge : c’est le courant qu’une batterie peut fournir en continu pour moment donné. En d’autres termes, plus le taux de décharge C d’une batterie est élevé, plus la lipo peut fournir du courant en continu.

Si vous possédez une drone de course ou Freestyle, avec quatre ESC 30 A (ampères) avec un "burst" 40 A, la consommation max est de 160 ampères (4 x 40 A). Cette valeur ne doit pas dépasser 180 ampères (1,5 mah x 120 C) si vous avez une Lipo de 1500 mah à 120 C.

  • Le connecteur de batterie : Vous trouverez généralement des connecteurs XT60. Pour les Tiny whoops (petits drones) et autres petits formats, les connecteurs JST ou JST-PH sont davantage utilisés.
liPo 4S 1500 mah 120c de chez CNHL
liPo 4S 1500 mah 120c de chez CNHL

Pour faire du freestyle ou de la course, il est conseillé de prendre des batteries 1500 mah 120C. Le cinématique quant à lui, une lipo 1500 ou 1800 100C suffit amplement. 

Lors de la première utilisation, les batteries doivent être rodées, c’est-à-dire que vous devez voler calmement pendant au moins 10 vols et ne pas descendre en dessous de 3,7 Volt par cellule.

Tableau limite de décharge batterie LiPo drone FPV
Ne descendez pas en dessous des 30% afin de préserver votre LiPo

Choisir les hélices du drone fpv

Généralement, il y a 4 variables à prendre en compte lors du choix d’une hélice de multirotor:

  • La taille : le diamètres de l’hélice : 2 “ – 3” – 4“ – 5” – 6” 
  • Le pas : c’est l’inclinaison de la pâle 
  • Le nombre de pales : 2, 3 ou 4. Les hélices de drone FPV à trois pales offrent généralement le meilleur équilibre entre efficacité, poussée.

Le type de matériel : le polycarbonate est fortement conseillé pour sa résistance.

Les constructeurs identifient les hélices sous plusieurs chiffres Par exemple, une hélice 5141 indique un diamètres de l’hélice de 5,1 pouces et un pas de 4,1 pouces (en théorie, avec une rotation complète, le drone monte de 4,1 pouces). 

Il y a également l’identification “5 x 4 x 3” : 

  • 5 =  5 pouces (diamètres de l’hélice) et pourra être poser un un drone 5 “
  • 4 = Un pas de 4
  • 3 = Un tri pale

Pour débuter, vous pouvez vous partir sur des hélices 5143 pour un drone 5 pouces.

hélice 5,1 pouces T5143 à 3 pales
Hélice T5143 à 3 pales

Choisir la caméra FPV pour les vols en immersion

Cette caméra vous permet d’avoir le retour vidéo sur vos lunettes /casque FPV. C’est grâce à ce flux vidéo, que vous pouvez voler en immersion. Pour cela, c’est au pilote de choisir la manière dont il pourra voir en vol : 

  • La résolution d’image : L’image est exprimée en TVL. Pour vous donner un exemple : une caméra 600 TVL correspond à une valeur approximative de 500 pixels.
  • Le ratio de l’image : Il existe deux options: 16:9 et 4:3. Il n’y a pas un format qui est meilleur que l’autre, mais vous devez vous assurer de faire correspondre le rapport hauteur / largeur de votre caméra FPV à celui des écrans d’affichage de vos lunettes ou votre masque pour vous assurer que l’image affichée ne soit pas déformée.
caméra fpv pour vol en immersion
Caméra fpv 1200 tvl de la marque Foxeer

Choisir le VTX (transmetteur vidéo)

Le transmetteur video analogique

Le transmetteur vidéo, aussi appelé VTX (Video Transmitter), collecte le flux vidéo capté par la caméra FPV, pour l’envoyer à votre masque,lunettes via des signaux radio. En règle générale, le VTX émet sur une fréquence bien particulière : le “canal” et la “bande”. 

Habituellement, les pilotes se positionnent sur la bande de fréquence “Raceband”. L’avantage de cette bande de fréquence est d’allouer au maximum les canaux et de les attribuer sur des fréquences suffisamment espacées pour que les pilotes puissent voler ensemble et sans interférence.

  • Les connecteurs : Les transmetteurs vidéo sont également équipés de connecteurs (soit MMCX ou soit U.FL) pour y connecter un câble d’antenne et visser une antenne VTX.
  • La puissance varie également de 25 mW (milliwatt) à 1 W (Watt). Le 1W étant la puissance du signal la plus énergivore sur multirotor. A noter que la puissance est limitée à 25 mW en France…

Par ailleurs, les constructeurs innovent de plus en plus et leurs VTX sont maintenant capable de transporter des équipements / technologies telles que : 

  • Microphone 
  • Smart Audio pour régler votre VTX à distance
  • Pit mode afin de démarrer votre VTX dans un mode de puissance extrêmement faible sans déranger vos coéquipiers.
  • Protection thermique permettant de réguler la puissance d’émission du signal pour éviter que le VTX ne surchauffe et d’être inopérant.

Conseil : n’activez jamais le VTX sans une antenne. Éviter également de choisir un format “nano” en raison des surchauffe trop rapide.

transmetteur vidéo drone fpv analogique
Émétteur vidéo analogique

Le VTX numérique (HD)

Au moment où ces lignes sont écrites, DJI et CADDX sont les seuls fabricants à proposer une technologie numérique. Vous trouverez 2 systèmes de transmission vidéo haute définition

  • Le DJI FPV
  • Le CADDX VISTA HD

A noter que le système Vista a été autorisé par DJI et est compatible avec leur système haute définition (caméra FPV,  masque FPV). Ces différentes technologies permettent d’obtenir à travers votre masque DJI FPV, une qualité d’image jusqu’à 1080 pixels (60 images par seconde) au maximum. 

Un différence par rapport à l’analogique, le système haute définition dispose d’une bande et de canaux propre à cette technologie.

tableau comparatif des canaux utilisé par les technologie FPV numérique et analogique
Bande fréquence du système DJI FPV

Cette révolution tend à se normaliser dans le monde du FPV. Concrètement, le prix s’approche des composants analogiques haut de gamme et on peut maintenant avoir des drones équipé du système DJI à des prix de l’analogique.

La qualité d’image est telle, qu’elle permet de voir des détails qu’il n’était impossible de voir en analogique. De plus, le HD permet également de passer à des endroits où il serait impossible de passer en analogique.

Note : Ce système est à différencier des drones disposant d’une appellation HD et possédant une technologie analogique. Il s’agit d’une qualité d’image HD pour de l’analogique. Les détails seront donc nettement moins présents par rapport aux systèmes présentés précédemment (DJI, CADDX).

Choisir l'antenne pour le VTX

Les antennes pour le VTX pour capter le signal de la radio

Si vous débutez, il est uniquement nécessaire de savoir qu’il y a plusieurs connecteurs. Si vous prenez une antenne pour un VTX, veillez à ne pas vous tromper sur le type de connecteur SMA ou RP-SMA.

Vous avez un connecteur SMA femelle sur le VTX ? Il vous faut un connecteur SMA mâle pour l’antenne. 

Si vous souhaitez faire du cinématique, vous pouvez opter pour une antenne un peu plus longue. Pour le freestyle et la course, une antenne de petite taille suffit. 

Choisir la radiocommande pour contrôler votre drone : émetteur radio

Un émetteur radio pour drone FPV est un appareil électronique qui utilise des signaux radio pour transmettre des commandes sans fil via une fréquence radio. 

Sans aller dans les détails, pour commencer, vous pouvez choisir une radiocommande de la marque Frsky. Les modèles Frsky Taranis Q X7 ou Frsky Taranis X9 ont fait leurs preuves depuis bien longtemps !

La différence avec les drones stabilisés, c’est la possibilité de voler en accro, c’est-à-dire d’être totalement libre dans les mouvements du drone. Simplement, vous devez connaître les axes suivants : 

  • Le Roll (roulis) : inclinaison droite gauche
  • Le Pitch (tangage) : inclinaison avant arrière 
  • Le Yaw (lacet) : tourner sur lui même à plat (comme une toupie)

Le Throttle (les gaz) : monter descendre en hauteur (comme un ascenseur)

Le second point très important à connaître, c’est la comptabilité de votre radio avec votre Rx (récepteur). Pour faire très simple :

Si vous souhaitez acheter une radio Frsky et Rx Frsky, choisissez une radio EU LBT et un Rx EU LBT. De plus, la radiocommande doit être équipée de la technologie ACCESS.

Choisir le récepteur radio : Rx

Comme il l’a été indiqué dans le lexique, le récepteur permet de capter le signal de la radiocommande pour que vous puissiez piloter votre drone

Les récepteurs radio peuvent avoir les caractéristiques suivantes:

  • La télémétrie (renvoi des données de la tension de la batterie, de la consommation de courant à la radio)
  • L’antenne amovible (plus pratique avec des connecteurs si l’antenne doit être remplacée). Le récepteur est souvent vendu avec l’antenne.
  • La possibilité de mettre à jour le firmware afin de corriger les bugs.

Vous trouverez des tailles et des formes différentes, cependant, cela n’a pas beaucoup d’importance. Les petits récepteurs sont pratiques pour les petits multirotors où les options de montage du matériel sont limitées et vice versa.

J’ai personnellement testé le TBS crossfire nano Rx, et il fonctionne vraiment bien.

Sur le marché, il existe beaucoup de marques, mais les plus courantes sont TBS et Frsky. 

Si vous prenez du Frsky, vérifiez bien que votre Rx soit bien compatible avec votre radiocommande. La radio doit être EU-LBT et le Rx doit l’être aussi. 

Pour la marque TBS, la version FCC ou EU de la radio n’a pas d’impact . Pour pouvoir rendre la radio compatible avec le matériel TBS, il va falloir lui ajouter un module Crossfire. Une petite baie est prévue à cet effet à l’arrière de la radio.

Choisir le masque, les lunettes ou l'écran FPV

Le choix entre le masque et les lunettes FPV font l’objet d’un grand débat … D’une part, les lunettes comptabilisent un écran pour chaque œil, soit deux petits écrans. De plus, elles ont un format compact, leur permettant d’être facilement transportables dans un sac.  C’est pourquoi elles sont très appréciées des pilotes FPV, notamment parce qu’elles ont un poids réduit lorsqu’elles sont portées. Un inconvénient à ces lunettes, elles sont plus chères en raison de la micro technologie LCD… 

A contrario, les masques disposent d’un seul écran pour les deux yeux. Elles sont légèrement plus lourdes quand elles sont portées sur la tête… Contrairement aux lunettes, le masque permet aux porteurs de lunettes de vue, de pouvoir les porter en même temps que le masque, ce qui est très pratique ! Par ailleurs, elles sont moins chères en comparaison des lunettes.

Et pour finir, vous pouvez très bien commencer avec un écran comme si vous pilotiez sur votre écran de téléphone. Cette solution est intéressante si vous ne souhaitez pas débuter avec un masque ou des lunettes. Cependant, si vous souhaitez monter en gamme avec un masque/lunettes, cela représente un prix en plus …. 

Tout comme la caméra FPV, vous devez faire correspondre le ratio de l’image de la caméra à votre masque / lunettes. Le rapport hauteur / largeur préféré est très subjectif, mais le ratio 4:3 est le plus courant, car la plupart des caméras FPV produisent des images 4:3. 

Si vous souhaitez opter pour un masque ou des lunettes, n’oubliez pas d’en choisir un avec la technologie DVR vous permettant d’enregistrer ce que vous voyez à l’écran. C’est extrêmement utile pour pouvoir retrouver son drone si vous n’avez pas de GPS.

Note très importante, il ne faut jamais exposer votre masque, vos lunettes ou votre écran face au soleil au risque d'abîmer l’écran LCD.

Choisir le chargeur de batterie LiPo

Afin d’assurer la sécurité de la batterie du drone, il est essentiel que le chargeur de batterie soit équipé de la technologie « d’équilibrage« , ce qui signifie que le chargeur peut régler la tension des cellules à la hausse ou à la baisse

Par exemple, une batterie 2S a une cellule à 4,19V et une autre à 4,17V. Le chargeur va équilibrer les batteries pour qu’elle soit à égale, c’est-à-dire 4,18V par cellule.

Cette programmation intelligente aide vos batteries à durer plus longtemps sans les endommager. 

Attention, ne faites pas la même erreur que moi. Il faut différencier les chargeurs de batterie et les petits appareils d’équilibrage.  

Si vous souhaitez charger via une prise murale, choisissez un adaptateur secteur (AC / DC).

Si vous souhaitez équilibrer vos lipos, choisissez un équilibreur de batterie. Attention, les équilibreurs permettent également de charger des lipos avec des lipos. Veillez à ne pas vous tromper.

Les accessoires indispensable au drone fpv

Les condensateurs

Selon moi, les condensateurs sont obligatoires. Ils permettent d’éviter les pics de tension et les perturbations qui peuvent venir brouiller les signaux du gyroscope.

Le fer à souder

Je ne vais pas vous dire à quoi sert un fer à souder, mais pour débuter dans le FPV, veillez à choisir un fer à souder réglable. En effet, il faut pouvoir augmenter ou baisser la température de votre fer à souder.

De l'étain de qualité pour de belles soudures

Petite expérience personnelle, j’ai eu beaucoup de difficulté à utiliser de l’étain pas cher pour monter mon premier drone.L’étain avait également une mauvaise composition ce qui a rendu plus compliqué le montage…

Mon conseil, choisissez de l’étain avec une composition : 60 % étain et 40 % plomb avec 2% de flux. Ne négligez surtout pas le choix de l’étain. Vous perdrez énormément de temps en choisissant de l’étain bas de gamme…

Les pièces en option pour monter son drone FPV

Le module longue distance (long range) et son récepteur (Rx)

Dans certaines radios, vous avez la possibilité de connecter un module émetteur externe :  le module longue distance (long range). Cette extension de la radio permet d’utiliser différentes fréquences (par exemple, 868 MHz dans une radio 2,4 GHz). Cette basse fréquence permet une meilleure pénétration à travers les obstacles. Ainsi, vous pourrez parcourir de très longue distance de plusieurs kilomètres voir dizaine de kilomètres.

Les modèles d’émetteurs longue distance les plus utilisés sont de la marque Frsky et TBS.

tableau comparatif fréquences systèmes longue distance
Bande fréquence pour équipements longue distance

Notez qu’il vous faut choisir un récepteur de la même marque que l’émetteur long range (module TBS avec un récepteur TBS etc...).

Le buzzer autonome ou non autonome

Le buzzer n’est pas obligatoire en lui-même, mais fortement conseillé si vous souhaitez retrouver votre drone en cas de crash

Vous trouverez un multitude de de buzzer sur le marché : 

  • Les buzzers non autonomes 
  • Les buzzers autonomes

Mon conseil, c’est de choisir un buzzer autonome. Pourquoi ? Pour la simple raison que si votre batterie est éjectée, le buzzer va s’activer automatiquement et faire du bruit jusqu’au moment où vous l’aurez retrouvé.

buzzer autonome pour drone fpv
buzzer autonome

Le GPS

Le GPS est très utile pour lorsque vous passez des obstacles qui risquent de couper le signal avec votre radio (je rappelle que le vol à vue est imposé en France). En effet, si vous perdez le signal, le drone va revenir par lui même afin que vous puissiez reprendre la main dessus. C’est un système très basique pour faire revenir son drone par lui-même, et ne peut être comparé aux drones stabilisés DJI.

Je vous conseille d’installer un GPS également, mais ce n’est pas obligatoire. Si vous souhaitez en installer un, vérifier que vous avez assez d’UART de libre (emplacement sur la FC permettant d’installer des composants).

Comment programmer un drone FPV ?

Je ne vais pas aller dans les détails puisque ce sujet mérite un article dédié. Cet article vous montre ce qu’il faut savoir absolument pour débuter.  Ainsi, pour la partie paramétrage, je vais vous présenter rapidement tous les points à configurer. Vous verrez, c’est extrêmement simple ! 

De base, vous aurez à différents onglet vous permettant de paramétrer votre drone : 

  • Installation : calibrer le gyroscope et les sauvegardes
  • Ports : assigner numériquement les composants à des UART
  • Configuration : ce sont les paramètres généraux du drone (ESC etc…) 
  • Alimentation et batterie : les paramètres liés à la batterie 
  • Réglage de PID : pour faire simple, cet onglet modifier le comportement du drone en vol 
  • Récepteur : le paramétrage de la radiocommande 
  • Modes : assigner les “switch” de la radio (ex : pour activer un buzzer…) 
  • Moteurs : faire des tests des moteurs 
  • OSD : faire apparaître des infos dans vos lunettes/ votre masque
  • Émetteur vidéo : paramétrer votre VTX (transmetteur video)
  • Blackbox : c’est la boite noir du drone (pour receuillir des infos de vol) 
  • CLI : cette onglet permet de configurer manuellement le drone 

De manière générale, tous ces onglets présents sur Betaflight permettront de configurer votre drone très simplement.

Pour plus de précision sur le paramétrage, nous avons rédigé un article pour bien configurer son drone fpv

Conclusion : comment bien choisir ses composant fpv ?

Pour voler, un drone FPV doit être composé de plusieurs équipements :

  • Un châssis (frame)
  • Un contrôleur de vol 
  • Quatre ESC individuels ou un ESC 4 en 1 
  • De quatre moteurs 
  • Des batteries LiPo (4 ou plus, pour plus d’autonomie) 
  • Quatre hélices 
  • La caméra FPV 
  • Un transmetteur vidéo (VTX)
  • Une antenne pour VTX 
  • Une radiocommande 
  • Un récepteur avec son antenne 
  • Un masque, des lunettes ou un écran FPV
  • Un chargeur 

Par ailleurs, vous pouvez ajouter des équipements supplémentaires pour repousser les limites de votre drone : 

  • Un module long range (longue distance) à poser sur la radio et son récepteur 
  • Un buzzer
  • Un GPS

Et pour finir, une programmation de votre drone vous permettra de faire vos premiers vols.

Jean-Baptiste
Jean-Baptiste
Pilote amateur en fpv cinématique et freestyle, Jean-Baptiste a créé mondronefpv.fr afin d'aider les pilotes FPV à approfondir leurs connaissances. Débutant ou expert, l'essentiel est de se détendre avec une bonne session de vol.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Drone FPV

Le blog MDF ® est destiné à apporter de l’aide, des solutions et des conseils aux pilotes qui débutent dans le monde du drone FPV. Cinématique, freestyle ou encore race, vous avez le choix. Avec nos articles, trouvez tout ce qu’il vous faut pour débuter facilement ou monter son drone de A à Z.

Restez à jour

Soyez notifié lorsque du nouveau contenu sera mis en ligne

En cliquant sur "Je m'inscris", vous acceptez notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

© Mon Drone FPV Blog 2021 — Dévellopé par Mon Drone FPV Blog